Actes solidaires

Acte solidaire : don du sang

Aujourd’hui je suis allée donner mon sang. Toutes les huit semaines, dans mon calendrier, je note ce rendez-vous pour ne pas oublier.

J’ai donné mon sang pour la première fois en 2009, il a été utilisé pour la recherche car dans le petit questionnaire que l’on remplit avant de donner il y avait quelque chose qui clochait. (Je ne sais plus quoi à vrai dire) Ensuite c’est enchainé pour moi quelques soucis qui ne me permettaient plus de donner mon sang. Puis à force de faire attention à mon hygiène de vie, j’ai pu redonner, l’an dernier. J’en suis à mon quatrième don.

Pourquoi je fais ça et pourquoi j’en parle ? 

Il y a peu de temps des événements m’ont mis devant les yeux ce besoin que les malades ont de nous les bien-portants. Un don = vingt minutes de mon temps = une vie améliorée. C’est simple non ? Et ce qui me plait dans ce don c’est qu’il suffit de décider de donner son sang (et d’être en bonne santé, et pas maigre comme un clou, ni haute comme trois pommes, et encore moins les deux !!)

Et je pense sincèrement que tous les gens que je croise, à chaque fois que j’y vais, en ressorte plus heureux, car c’est une démarche qui fait du bien. Penser à celui ou celle qui aura besoin de cette poche et se dire « de rien » j’aurais aimé qu’on le fasse pour moi.

Alors attention, je n’aime pas du tout me faire piquer, ça représente pour moi un moment de stress pas très agréable, mais j’aime me dire que je ne le fais pas pour me torturer mais pour apporter un peu d’aide comme je le peux. Et je dois avouer que le fait d’être familiarisée à l’endroit fait diminuer mon stress à chaque fois.

Qu’est ce que ça a changé dans ma vie ?

Je vous parlais d’hygiène de vie un petit peu plus haut. Je fais beaucoup plus attention à ce que je mange (je viens de manger un kebab ce midi hum hum), à me couvrir quand il fait froid, j’utilise des huiles essentiels pour me « protéger », je fais attention à mon sommeil. Deux semaines avant le don je fais attention à ce que je prends comme médicament. (Il faut éviter l’aspirine par exemple, mais le paracétamol n’est pas dérangeant) Et globalement en faisant attention pour pouvoir donner mon sang, je fais aussi attention à ma santé. Et je trouve que c’est une bonne chose.

Comment ça se passe ? 

En premier lieu on vous demande de répondre à un questionnaire qui concerne votre état de santé, les voyages que vous avez pu faire dernièrement, l’état de santé de votre entourage, votre situation amoureuse. Il s’agit d’un QCM, il n’y a pas de réelle intrusion dans la vie privée.

Par la suite vous avez un petit entretien avec le médecin, qui va prendre votre tension, et regarder le questionnaire rempli. Il rebondit sur les différentes choses que vous avez cochées.

Lors du premier don on vous pique le bout du doigt pour vérifier votre hémoglobine. Il s’agit du même procédé que pour les diabétiques. Ils vérifient que tout est ok pour le don.

Et après c’est parti pour le don ! On vous installe dans un fauteuil, on vous demande régulièrement votre prénom, nom, date de naissance pour être sûr qu’il n’y ait pas d’erreurs dans les informations récoltées. Pour que le don soit le plus fiable possible. On vous pique et on vous donne une balle à presser de temps en temps.

Après ça vous passez dans un espace restauration où on vous propose des sandwichs, des gâteaux, une boisson chaude…

Je voudrais faire une petite parenthèse concernant le personnel de l’Etablissement Français du Sang de Saint Sever à Rouen. J’ai toujours été accueillie dans les règles de l’art. Les infirmières/infirmiers, la secrétaire, la personne qui s’occupe de nous après le don, les médecins. Tous répondent à vos questions, discutent avec vous. L’ambiance y est détendue. Alors pour ça, merci. Parce que je pense sincèrement que ça m’encourage à revenir vous voir toutes les huit semaines.

Une pétition circule pour que les homosexuels aient le droit de donner au même titre que les hétérosexuels, ce qui leur est interdit actuellement.

Et vous, vous donnez ?

don du sang EFS

Publicités

Une réflexion au sujet de « Acte solidaire : don du sang »

  1. Je donne dès que je peux ! Mais souvent, quand le camion de dons est vers chez moi, et ben je suis en plein rhume, ou bien j’ai pris des médicaments, etc.
    Du coup, j’ai pas pu donner depuis quasiment un an. Mais j’espère bien qu’en début de mois prochain je pourrai !
    Bravo pour ton « courage » 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s